Avantagé par un taux d’emprunt interbancaire sensiblement faible et des aides publiques à l’achat (Pinel entre autres), le marché du logement prend progressivement de l’ampleur en augmentant son volume de transactions. Cette augmentation a pu être appréciée sur les résultats du dernier trimestre 2016.

Selon les prévisions pour cette année, les transactions dans l’immobilier neuf devraient enregistrer une marge d’évolution positive (6% pour l’immobilier neuf et 4% pour l’ancien). Dans certaines agglomérations, le prix du logement s’envole à plus de 8%. Le marché de la capitale française pour sa part est carrément en voie de saturation.

Logement : Un secteur en pleine santé

L’immobilier résidentiel est son plus haut degré. Ce secteur étant affilié à des conditions de transactions particulièrement favorables, le niveau d’optimisme lui-même s’accroît à 80%. Ce constat est notamment appuyé par des critères d’évolution nettement précis. L’équilibre entre l’offre et la demande d’une part, et la facilitation du recours au prêt (hausse de 8%) grâce à la baisse généralisée du taux de crédit d’autre part. Selon Crédit Foncier, une mise à disposition de 410.000 logements neufs sera accordée en 2017. Ce qui justifie le taux de variation de 6% mentionné plus haut.

Paris : un modèle de référence

Le développement du marché parisien est une opportunité qui ne laisse pas les professionnels de l’immobilier d’habitation indifférents. La demande augmente continuellement, l’offre par contre se resserre. Ce qui entraîne une flambée incontournable du prix. D’après les observateurs, la hausse du prix est en train de se généraliser dans le secteur. On rapporte même une fourchette très décalée par rapport à celle des grandes villes comme Lyon et Marseille. Le prix moyen au mètre carré d’un appartement à Paris avoisinerait aujourd’hui les 8 450 €. Comparé aux 8 377 € de 2011, on peut dire que le record est devancé.

Si le plafond s’élève à 9 000 €, ce chiffre est en passe d’être atteint selon les pronostics de l’agence Century 21. En effet, le taux d’évolution entre le 1er semestre 2016 et le 1er trimestre 2017 est de +7,7%. A 8 942 euros, le prix du logement parisien touche presque le seuil. Au cours du second trimestre, on prévoit une autre augmentation. D’ici là, les 9 000 € seront dépassés. Dans quelques arrondissements, le baromètre indique déjà une surélévation. Le réseau Laforêt rapporte une valeur moyenne au m² comprise entre 9 000 € et 10 000 €.

Logements : Volume de ventes en accroissement en 2017

Grâce à une progression de prix relativement modérée, on estime que les transactions dans l’immobilier ancien afficheront une augmentation plus importante en 2017. Ces tendances ont été constatées sur les deux années précédentes avec respectivement 803.000 et 843.000 unités vendues. Avec une hausse de 4% par an selon Crédit Foncier, le chiffre escompté devrait environner les 900.000 ventes cette année.

Dans le cycle 2014-2017, l’ancien progresserait ainsi de 27%. Une situation justifiée par la progression différenciée des prix comme témoigne les chiffres enregistrés dans les grandes métropoles françaises. Cette croissance est évaluée à travers une hausse de 4% à 8 % dans certaines villes comme Paris, Lyon, Toulouse et Bordeaux, et plus de 8% dans les villes enthousiasmées par les effets de rattrapage.

Perspectives d’évolution du logement en 2017
4.8 (96.67%) 6 votes